RETOUR ACCUEIL

Cher visiteur.

Nous vous proposons, dans cette rubrique en forme de journal, de suivre par étapes, un travail en cours dans notre atelier. La mise à jour de cette rubrique se fera donc en fonction de l’avancement du sujet traité jusqu’à son achèvement, le thème abordé paraîtra alors dans sa totalité une trentaine de jours avant d’être remplacé. Comme pour la presse, les anciens numéros resteront disponibles (si la demande existe) au prix d’un CD vierge et des frais d’expédition.
Vous pourrez ainsi mieux découvrir, nos méthodes de travail, notre qualité ou tout simplement conseils et idées pour entreprendre la restauration ou la préparation de votre auto.
Client potentiel ou simple passionné, n’hésitez pas à nous consulter (de préférence par mail) nous ne manquerons pas de vous conseiller au mieux, mais soyez compréhensifs, injection, allumage ou autre train avant ne se règlent pas par téléphone, il faut de l’outillage spécialisé que les meilleures explications ne pourront remplacer !




N° 1 du 01/12/04     >> [ N° 2 ]    >> [ N° 3 ]    >> [ N° 4 ]    >> [ N° 5 ]

Restauration bloc arrière et groupe propulseur sur Turbo 2


Eric A. collectionneur averti, passionné de R5 Turbo a la chance de posséder l’exemplaire ci contre depuis maintenant plus de dix ans.
Dix ans de bons et loyaux services (sur de nombreux circuits et routes de rallyes historiques) qu’aucune trahison (traduisez panne) n’est venue entacher. Toutefois le poids des ans et des kilomètres commence à se faire sentir aussi Eric décide t-il sur nos conseils de faire procéder à une grosse révision moteur et de tous les organes liés a son fonctionnement (circuit : d’eau, d’huile, d’essence), ainsi qu’à une mise en peinture digne de ce nom du compartiment arrière.

Phase 1 rénovation du bloc arrière


Comme toujours, la teinte d’origine (noire à partir des modèles 84), une fois la mécanique déposée, se révèle être un simple voile purement symbolique appliqué “au petit bonheur la chance”. Minable et plutôt léger question protection, la rouille n’a toutefois pas encore commis ses méfaits et les quelques zones détectées seront facilement traitées. Toutefois les faces internes des passages de roue et des chapelles d’amortisseur devront par contre être partiellement déblacksonées et l’oxydation éliminée, ce qui n’était pas prévu au départ.

Toute la mécanique, le train arrière, les faisceaux électriques, les circuit d’eau, d’huile, d’essence (y compris les réservoirs, invisibles sur ces photos) sont déposés. Les brosses, décapeuses et autres ponceuses vont pouvoir entrer en action.

La parole est au peintre, après marouflage une couche de primaire phosphatant (bon pouvoir anti-rouille) est appliquée, y compris “ là ou l’on ira pas voir ”. Le soin apporté à cette étape conditionne pour une grande part la qualité du résultat final (lisez sa tenue dans le temps).

Le même soin est apporté à la protection anti-gravillon tant dans son application que dans la qualité du produit choisi.. Sur la photo ci contre, on peut constater qu’une erreur a été commise au niveau des fixations de bras inférieur. Si la partie avant est correcte (la protection n’est pas encore ôtée) la partie arrière est trop petite et ne couvre pas la seconde vis, nul n’est parfait et ce défaut va bien sûr être repris avant poursuite des travaux..


Peinture noire mate haute température pour la qualité et la tenue dans le temps, détails gris argent teinte carrosserie pour le look, l’auto réintègre l’atelier de mécanique en vue de son remontage, les travaux de rénovation moteur et accessoires ayant débuté, mais ceci fera l’objet de notre prochain reportage



>> [ N° 2 ] >> [ N° 3 ] >> [ N° 4 ] >> [ N° 5 ]